La fonction oblique « est une mise en condition de l’humain, une sommation à modifier son comportement, sa façon de s’intégrer à son environnement en opposition avec les forces statiques et la paresse mentale ». Claude Parent...

Toujours plus éloigné-es de l’île Pelée mais fort-es de leur expérience dans l’ouest, les membres réunis du laboratoire des hypothèses installent leur base d’analyse au sein des ateliers Jeanne Barret dans le quartier des Crottes à Marseille. Leur objectif : analyser la pente du bâtiment en 5 jours, tout en sollicitant la charge potentielle de l’individu par l’effort qu’implique de trouver son équilibre sur les rampes. En effet, ancienne huilerie d’arachides, puis lieu de stockage, les ateliers Jeanne Barret ont pour particularité de présenter une pente continue, glissant de l’ouest vers l’est.

La raison d’une telle déclivité reste mystérieuse.

Si l’oblique est générateur d’instabilité, de déséquilibre et de mouvement, quelle sera le type d’activité générée par cette pente sur le labo lui-même ? Les membres seront-iels totalement déstabilisé-es ? C’est le risque, et le labo en mesure le poids (en eddygrammes).

files/Pente/niveau-JB-400.jpeg

Samedi 27 novembre
En ce jour de mistral, le laboratoire décide avant toute chose de s’adresser aux usager-es régulier-es de la pente : les enfants. Chaque samedi, les ateliers invitent les habitant-es du quartier à investir l’espace. Equipé-es de skate et autres objets à roulettes, les enfants sont déjà les spécialistes de la pente qu’iels dévalent chaque semaine, la tête en avant, le ventre collé à la planche.

A l’aide d’un cric et d’un niveau, nous apprenons à mesurer les degrés de la déclivité. La réalisation de maquettes permet de modéliser la plateforme future. Objets cylindriques et autres jouets à roulettes (voitures, canard, bâton de pluie) sont testés dans des inclinaisons différentes.

Eddy et Arthur s’attellent à la plateforme future en vue d’expérimenter échelle 1:1 et collectivement le basculement du bâtiment. Les enfants, enthousiastes, se rassemblent sur le véhicule ainsi réalisé et s’élancent. S’il faut pousser le vehicule de prime abord, il s’agit ensuite de le retenir et la tâche est ardue.



Mesure de la pente de Jeanne Barret en centicharlines par charline :
0ch à 1ch -> 0cch (sol horizontal) soit une pente de 0%
1ch à 2ch -> 0,9185cch (début de la pente) soit une pente de 0,66%
2ch à 3ch -> 1,67cch soit une pente de 1,2%
3ch à 4ch -> 1,837cch soit une pente de 1,32%
4ch à 5ch -> 1,67cch soit une pente de 1,2%
5ch à 6ch -> 5,4275cch soit une pente de 3,89%
6ch à 7ch -> 9,6025cch soit une pente de 6,89%
7ch à 8ch -> 9,6025cch soit une pente de 6,89%
8ch à 9ch -> 9,185cch soit une pente de 6,59%
9ch à 10ch -> 6,68cch soit une pente de 4,79%
10ch à 11ch -> 4,175cch soit une pente de 2,99%
11ch à 12ch -> 5,4275cch soit une pente de 3,89%
12ch à 13ch -> 3,7575cch soit une pente de 2,69%
13ch à 14ch -> 6,179cch soit une pente de 4,43%
14ch à 15ch -> 6,2625cch soit une pente de 4,49%
15ch à 16ch -> 5,845cch soit une pente de 4,19%
16ch à 17ch -> 5,01cch soit une pente de 3,59%
17ch à 18ch -> 5,177cch soit une pente de 3,71%
18ch à 19ch -> 3,7575cch soit une pente de 2,69%
19ch à 20ch -> 3,841cch soit une pente de 2,75%
20ch à 21ch -> 3,7575cch soit une pente de 2,69%
21ch à 22ch -> 3,34cch soit une pente de 2,4%
22ch à 22,125ch -> 0,25cch (soit 4cch/ch) soit une pente de 2,4%

Dimanche 28 novembre

Les membres du laboratoire arrivent et les hypothèses fusent avec elleux.
Comment explorer la fracture de l’espace et du basculement ?
Comment révéler la qualité du mouvement d’un corps en alerte sur un sol incliné ?
Quelle type de relation à la pesanteur, quelle adhérence au sol et quelles perceptions de l’espace sont instaurées dans un tel espace ?
Les vues plongeantes et contre plongeantes permettraient elles de faire un film en pente ?
La documentation filmée de la descente par les enfants, ralentie sur 5 jours, est utilisée comme modèle en vue de réaliser notre propre glissade.
La lenteur est requise.

Calcul de la descente :
longueur totale 22,125 ch
arrivée prévue le samedi 4/12 à 17h avec des îles flottantes.
départ le mardi 30/11 à 14h
4 jours + 3 heures = 99h
longueur chariot : 2ch1/2
à parcourir : 22,125 - 2,5 ch = 19ch5/8 = 19,625 ch
vitesse à atteindre :
19,625 / 99 = 0,198232ch/h
99 / 19,625 = 5,0445859 h/ch
soit 1 charline en 5 heures, 2 minutes et 40 secondes

Lundi 29 novembre
Le laboratoire n’a plus le temps de rédiger ses activités pour ses lecteurices, trop occupé-es au deploiement de ses diverses méthodes d’exploration de la pente :
Construction d’une cabine de montage isolée du froid pour qu’Arthur puisse travailler avec nous.
Mise en place de pieds de ralentissement, système de freinage par pieds qui dépassent

Construction d’un frigo pour conserver les denrées alimentaires
Construction d’une luge sur 5 savons de Marseille


Exploration des ondes très basses de 0 à 50 hertz
Construction d’une unité de référence : l’étalon niveau Charline
Mise en place d’un timelapse pour observer la glissade ralentie en accéléré.
Mise en place d’un écran

Mardi 30 novembre
Test de luge sur savons (échec)


Tests d’écoulement de différents liquides : huile de moteur, huile d’olive, huile de colza, maïzena, vin rouge. C’est le vin rouge qui s’écoule le plus vite.

Mise en place d’un système de freinage
Lancement de la plateforme, poussée à l’aide de cales
Mise en place du farfiza

Mercredi 1er décembre
construction d’une table, de bancs, aménagements, rangements
ateliers de cales pour pousser la plateforme

construction de la cuisine
on avance
Déroulé de carte de peutinger comme système de freinage


rôles :
decoupeuse sopi
placeuse charline
traceuse margaux
freineur Eddy
farfisiste Theo
talocheuse porteuse Nelly
encolleuse Jo
filmeuse arthur
mesureuse Cap
calulatrice Émilie

Jeudi 2 décembre
Finitions
Installation de la television
construction d'un lit pour les quarts
amélioration des systemes d'assise
tests de luge sur bâche
files/logo_labo_mairie_h25.png Edition